Les bûches traditionnelles : critères de choix et stockage

Tous les bois de chauffage n’ont pas la même qualité. En effet, le niveau de chauffe diffère d’une essence à une autre. L’humidité du bois est aussi un critère important pour le choix du combustible. Si ce dernier est trop humide, sa qualité de chauffe sera réduite.

L’essence du bois de chauffage

Les bois de chauffage sont classés en trois catégories en fonction de leur essence. Cette classification est surtout basée sur le pouvoir calorifique du combustible. Les bois de chauffage sont ainsi classés en trois groupes, à savoir G1, G2 et G3. Un combustible ayant un pouvoir calorifique élevé produit plus de chaleur.

Le groupe G1 regroupe les bois à feuillus durs. Ces derniers ont un pouvoir calorifique très élevé. Ils offrent une combustion plus longue. Parmi les essences englobées dans cette catégorie, il y a le chêne, le charme, le frêne, le hêtre et l’érable. En second rang, il y a les combustibles G2 ou les bois à feuillus tendres, à l’exemple de merisier, de platane, d’acacia, de châtaignier, de bouleau et de peuplier. Les arbres fruitiers sont aussi classés dans le groupe G2. En dernier lieu, il y a les essences G3. Cette catégorie regroupe les bois résineux comme le pin, le mélèze, le sapin et l’épicéa. Les essences de ce groupe sont surtout efficaces pour démarrer le feu. Sur Gruchy, plusieurs bois de chauffage vous sont proposés.

Le degré de séchage

Le niveau d’humidité du bois de chauffage, que ce soit un bois de chauffage 27 ou un bois de chauffage 78, est un critère important pour le choix du combustible. Comme les catégories des essences, on retient aussi trois classes sur le degré de séchage :

– Les bois secs : leur taux d’humidité est inférieur à 25 % ;

– Les bois mi-secs : leur taux d’humidité est compris entre 25 % et 35 % ;

– Les bois verts : leur taux d’humidité est supérieur à 35 %.

Le bois compressé

Le bois compressé est une alternative au bois traditionnel. Il offre une meilleure qualité de chauffe et une chaleur constante lors de la combustion. Son pouvoir calorifique est plus élevé que celui de la bûche classique. De plus, ce combustible est à la fois écologique et facile à stocker. Il émet peu de poussière. Le seul inconvénient du bois compressé est sont prix plus élevé comparé à celui de la bûche traditionnel. Néanmoins, ce combustible rencontre est de plus en plus prisé.

La technique infaillible pour savoir si le bois de chauffage est sec
Les granulés : l’automatisation à coût maîtrisé